Archives du blog

lundi 11 avril 2011

Attitudes face à la mort dans l'Art

Article initialement publié sur breven.free.fr, le 31/03/2011.


Dans ''The Holy Book of Women's Mysteries'' de Z. Budapest

Traduction et adaptation par Breven


Ndt : Les données historiques évoquées par Z. Budapest sont plus que contestables. Les Amazones, par exemple, relèvent de la pure mythologie. Au-delà de ça, cet article reste une source intéressante pour une approche dianique de la Mort


La Mort est considérée comme une porte menant à une vie nouvelle. A l'aube des temps, les représentations du monde des morts dans les religions de la Déesse ne laissent présagées aucune terreur. Cela est possible car la Déesse de la Vie, la Déesse de la Mort et la Déesse de la Beauté (Isis, Hécate, Astarté) sont toutes les trois une seule et même Déesse. La même Mère qui donne la vie se lamente. La triste Maria Pietà n'est autre que l'image de la Déesse dans son aspect de mort, pleurant la disparition de ces fils préférés. Le fils est mort ; Elle, cependant, est pleine de vie encore. Elle est là pour exécuter les rites funéraires ; Elle est là pour accompagner l'âme du défunt vers ce qui lui a été promis : « la certitude, en cette vie, d'une paix indicible après la mort, et la réincarnation si elle est souhaitée. » Le fils est, en d'autres mots, immortel.

La préparation à la mort implique des méditations de la meilleure qualité pour la personne sur le point de décéder. Ceci est illustré sur les pierres tombales comme une affaire se déroulant entre la personne mourante et la prêtresse qui l'a aidé à découvrir ses propres dons. La sélection des bijoux était une part de la préparation de la femme à la mort, car les pierres renvoient aux qualités humaines ; le jade pour la fermeté et la douceur de la conduite ; la pierre de lune, pour la clarté psychique et un passage rapide ; l'héliotrope pour absorber les peurs ; l'or pour la guérison solaire.

Des peintures étaient ajoutées aux pierre tombales. De l'ocre, teintant encore la terre de rouge, a été trouvé tout autour des tombes des femmes de l'âge de pierre. Elle symbolise la renaissance et on la croyait capable d'accélérer le processus de la formation d'une nouvelle lignée. Les tombes amazones étaient ornées de cornes d'animaux, plus particulièrement de cerfs, pour désigner l'appartenance à la tradition dianique des amazones, même après la mort. Les Grandes Chasseuses de la Nuit rassemblaient les jeunes filles et, avec elles, chassaient les forces de l'oppression.

La couleur du deuil pour les peuples anciens n'était pas le noir, mais le blanc. Les robes blanches symbolisaient la lumière blanche et la Déesse de la Lune, qui apparaissait aux morts pour les emmener dans son domaine, la Renaissance. Le rouge était aussi utilisé comme couleur du deuil, pour suggérer le sang, et pour induire une renaissance rapide.

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Tu ne me connais pas mais j'ai entendu parler de toi. Je pense que je me "servirai" de ton article pour mon temple à la Déesse Morrigan. Je te citerai et renverrai vers cette page.

    Merci du partage.

    RépondreSupprimer
  2. Aucun problème. Ravi que ma traduction te soit utile.

    RépondreSupprimer