Archives du blog

lundi 11 avril 2011

Divinité(s) et polarité(s)

Article initialement publié sur breven.free.fr, le 14/08/2008.


La divinité n'est ni mâle, ni femelle.

J'utilise volontiers le terme de Déesse, mais pas parce que la divinité est une femme, plutôt parce qu'elle est la matrice de notre réalité.

L'image d'une Déesse ainsi s'impose à moi plus naturellement que l'image d'un Dieu.

J'entends souvent un discours concernant les polarités de l'univers. Une polarité +, mâle, active et une polarité -, féminine, passive. Ce concept n'a, selon moi, rien à voir avec le spirituel. Il est purement social. Il a d'ailleurs atteint ses limites aujourd'hui et peut se révéler dangereux. Un être n'est pas, par essence, masculin ou féminin; il le devient par son incarnation.

Le schéma sexué dans lequel la société tente d'enfermer les êtres vivants est générateur d'angoisses, de frustrations.  Un homme peut avoir des émotions, et doit les exprimer. Les refouler ne sert qu'à remplir les hôpitaux psychiatriques. L'homme peut avoir des faiblesses. Il n'est pas obligé d'aimer le football et la bière. L'homme n'est pas une caricature d'homme. De même pour la femme. Tous connaissent cette célèbre phrase de Simone De Beauvoir : “On ne naît pas femme, on le devient.”

Il est grand temps que les moules dans lesquels nous sommes contraints d'entrer explosent. L'humain ne se définit ni en fonction de son sexe ou de sa sexualité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire