Archives du blog

lundi 11 avril 2011

Marie, le rêve d'une femme

Article initialement publié sur breven.free.fr, le 17/08/2009.

Je reviens de mon voyage en Suède, un pays chaleureux, malgré la température extérieure. J'ai notamment pu visité le Historiska Museet à Stockholm, le musée de l'histoire suédoise. Se tenait là une exposition sur les représentations de Marie.

Loin de l'histoire communément admise, cette exposition proposait une vision nouvelle et libératrice de celle qui, finalement, n'est autre qu'un aspect de la Déesse Mère.


Maria Sveland, auteur et journaliste, propose une vision différente de l'Annonciation et donc de l'histoire de Marie. Je vais tenter d'en transmettre l'esprit.

Maria Sveland propose qu'il s'agit là du premier acte d'abus sexuel documenté. Un tiers des femmes serait victime de violences sexuelles au cours de leurs vies de nos jours. Plus généralement, et indépendamment de la culture et du pays d'origine, toute femme est confronté à cette notion, au moins de manière indirecte. Le sujet ne peut, en effet, que toucher et questionner lorsque nous lisons les journaux, regardons le JT ou lorsque, dans la rue, un regard se fait trop lourd.

Que penser alors de l'Annonciation ? Il s'agit d'une jeune femme, adolescente, qui reçoit la visite inattendue d'un homme lui annonçant que désormais elle porterait un enfant. Même en prenant le texte littéralement, Maria Sveland s'interroge sur la violence de cet acte. En effet, que l'"annonciateur" soit un homme ou l'archange Gabriel et que l'acte soit sexuel ou spirituel ne change pas beaucoup le résultat. Voilà qu'une grossesse sera imposé, avant son mariage. Marie porterait l'enfant d'un inconnu, d'un spectre. Quel choix avait-elle ? Je ne pense pas qu'elle l'avait.

Là où Marie devient Déesse, c'est par la capacité d'amour qu'elle cultive malgré tout. Cet enfant imposé, elle le mettra au monde, elle l'aimera, l'éduquera. Elle l'acceptera dans sa particularité, préssentant que l'enfant lui échappait déjà. Elle le verra grandir puis mourir. Là encore, elle sera là, pleine d'amour et de compassion.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire