Archives du blog

vendredi 24 février 2012

Masculin sacré et sacrés genres





Parce que je suis un « hôte et amphitryon de ce corps », comme l'écrit Hadrien, parce qu'il s'agit là de mon être au monde, je ne peux que m'interroger, dans le cadre d'une pratique spirituelle, sur l'importance du corps physique. Je suis un homme, sexué. Que faire de cette affirmation ?

Revendiquer la sacralité de mon corps, et ainsi de mon sexe, est un acte de libération. C'est avec ce corps que je chemine vers la Déesse et que je vais dans le monde. Le plaisir des sens fait partie intégrante de ma vie. Le nier ou le rejeter reviendrait à dénigrer une partie de moi-même. Il est dit couramment que tout chemin spirituel est une voie de guérison, mais je ne crois pas guérir quoi que ce soit en m'amputant d'un corps, d'un morceau du Moi. Au contraire, je pense qu'ainsi on ne parvient qu'à se faire du mal.

M'engager dans un chemin spirituel pour moi consistait en un premier lieu à me débarrasser de ces fameuses polarités. Comme beaucoup, aux débuts de mes études ésotériques, j'ai appris que l'eau est féminine et le feu masculin, que la Lune est une Déesse et le Soleil un Dieu. Qu'il est triste et réducteur d'imaginer que l'intuition est un principe féminin, le courage une qualité masculine ! Il serait donc nécessaire de se ranger dans une catégorie au dépens de l'autre ? Mais si l'homme peut développer des qualités dites féminines et inversement, nous n'avons plus de raison de polariser quoi que ce soit. Si je transcende ces notions, que me reste-t-il ? Il me reste moi, simplement.

Nous confondons régulièrement trois entités bien distinctes : la sexuation, le genre et la sexualité. Pire, nous ne reconnaissons pas l'héritage culturel intrinsèque à ces notions et le croyons pure biologie.
Tout d'abord la sexuation (mâle, femelle...), c'est-à-dire l'identité sexuelle physique. Quand est-on de sexe masculin ? Lorsque nous avons un pénis, des chromosomes XY et de la testostérone ? De nombreuses études nous prouvent que la réponse n'est pas si évidente. Femmes XY, intersexuation... Il s'agit d'exceptions, diront certains, mais des exceptions qui représentent 1% recensé de la population mondiale1 tout de même.
Le genre (femme, homme...) est, quant à lui, une entité culturelle pure. Il s'agit de l'identité sexuée sociale et psychique. C'est lui qui définit le comportement et le rôle social de chaque individu. Carcan rigide et confondu avec le sexe, il devient une prison.
Concernant la sexualité (attirance pour tel-s type-s de partenaire-s sexuel-le-s), il est désormais évident pour tous que le choix amoureux ne dépend pas de son propre corps.
En somme, cinquante ans de recherches scientifiques (n'en déplaise à certains) sur les théories du genre font voler en éclats nos idées préconçues sur la place de l'homme dans notre société. La célèbre phrase de Simone de Beauvoir :  « on ne naît pas femme, on le devient » est transposable à l'homme. Il n'y a pas d'essence de la masculinité ou de la féminité, il y a un apprentissage, voire un conditionnement tout le long de sa vie. La différence entre homme et femme n'est pas lié à un déterminisme biologique.
Margaret Mead2 a définitivement marqué la rupture du lien entre sexe et tempérament en rencontrant des cultures où les rôles sociaux sont définies à l'inverse des nôtres. Même sans aller jusqu'en Océanie, nous trouvons des traces ici même de la frêle construction des genres. Notre propre culture n'a pas toujours été ce qu'elle est aujourd'hui. Ce n'est qu'au XIIeme siècle qu'émerge un culte de la relation homme-femme. Avant, le propos ne semblait pas digne d'intérêt, et, s'il fallait se marier, les grands sentiments chevaleresques étaient tout de même réservés aux compagnons d'armes plutôt qu'aux épouses. Impensable aujourd'hui, nous serions tout de suite catalogués d'homosexuels refoulés (de la façon la plus polie possible).

Avec ces notions en tête, comment définir un masculin sacré ?

Si je suis un corps, je n'en reste pas moins un être à part entière, un tout indivisible. Je suis du genre militant pacifiste, mais ne me suis jamais senti guerrier. Si je sais me montrer fort et courageux, j'aime être doux et exprimer mes émotions. Il m'est arrivé de pleurer en regardant « Toute une histoire », c'est dire. Enfant, je délaissais même les voitures pour jouer aux poupées. Je n'en reste pas moins un homme.

Dionysos a toujours été pour moi un représentant du masculin sacré plus fiable que d'autres noms proposés, car justement, il transcende, il mélange, il marie les contraires, pour amener ces ouailles vers une seule réalité divine. Il dissout allègrement les limitations sociétales et permet la vraie libération. Il nous montre le chemin de la guérison. Oui, l'homme aussi a besoin de guérir. Ainsi, m'inscrire dans une tradition dianique n'a rien de contradictoire. Le féminisme n'est pas castrateur, puisque libérer les rôles de la femme revient à libérer ceux de l'homme. En suivant Dionysos, dans sa danse bruyante et sauvage, je retourne à la Mère, renoue avec l'essence de la Vie. Face à la Déesse, nous sommes nous, pleinement libres et fiers.


Sur le chemin de Thèbes,



Bibliographie :

BERENI, CHAUVIN, JAUNAIT, REVILLARD, Introduction aux Gender Studies, Editions De Boeck
PICQART Julien, Ni homme, ni femme, La Musardine
MEAD Margaret, Moeurs et sexualités en Océanie, Plon
TIN Louis-Georges, L'invention de la culture hétérosexuelle, Editions Autrement
1Source : Ni homme, ni femme, Julien Picquart
2Voir, MEAD Margaret, Mœurs et sexualités en Océanie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire