Archives du blog

dimanche 3 mars 2013

Pentacle de Fer : le Sexe


Sexe.

Le Sexe, ce n'est pas ce mannequin trop maigre qui a envie de me bouffer. Ce n'est pas ce film porno dont tous les acteurs sont dopés au viagra. Ce n'est pas non plus ce top model pour slip qui court sur un terrain de foot (même si, bon, quand même quoi...). 

Le Sexe est mon droit naturel, primordial.

Il est le point à la tête du Pentacle de Fer. Ce point à l'origine de mon être. Le point de tension et le point de rupture, par lequel chaque chose commence. 

Le tremblement de l'être.

Il est l'attraction entre les êtres, mais aussi l'attraction vers le daimon / l'ange gardien / le prince charmant de mon conte de fée intérieur (rayez la mention inutile). En termes kabbalistiques, d'Assiah, j'en appelle à l'ange qui vit en Yetzirah. Il m'empoigne, il m’entraîne. Et je commence mon incroyable voyage.

Le Sexe est mon cri à Dionysos, mon évohé intersidéral. Il est sauvage et sent la sueur. Il sent l'herbe et l'humus. Il ressemble à cette fleur qui se tourne vers le soleil. Attraction et plaisir. Il est le fil d'Ariane, la Shakti inter-personnelle. Ma connection divine.

Le Sexe n'a besoin que de moi. Ou / et de celui, celle, ceux et celles que je voudrais entraîner dans la danse. Multiple, orgiaque, le Sexe est par nature débordement. Il est la lente marée, commandée par la Lune, qui vient bercer mes rivages. Artémis qui vient commander à nos débauches.

Attraction, plaisir, point de rupture.

Sexe.



"Et toi ? Combien de fées peux-tu mettre dans une tente à trois ?"

1 commentaire:

  1. AAAAAhhhhhh :D Ceci est un râle d'orgasme du dimanche soir :D

    RépondreSupprimer