Archives du blog

samedi 25 avril 2015

Le Thesmo - L'Escapade Hallucinée


On s'enjaille !



Je ne reconnais pas le sentier que j'emprunte habituellement pour me rendre à mon temple astral. J'ai dû me perdre en chemin. La prairie verdoyante si familière a disparu au profit des ruelles d'une ville inconnue. Quelques lampadaires me permettent de voir où je mets les pieds. Mes guides ont une longueur d'avance et me laissent avancer seul à travers les ténèbres. Je les reconnais bien là. "Non, mais ma couille, tu crois quand même pas que j'vais te mâcher le travail ! Bosse, bordel !"


Au détour d'un carrefour, je perçois enfin un son, un signe de vie. Un battement sourd qui fait trembler la terre. Sans hésiter, je me lance vers la source du bruit. A mesure que j'avance, les murs se rapprochent, la ruelle se fait plus étroite. Face à moi s'ouvre une bouche de métro. Je tends l'oreille. C'est d'ici qu'est émis le bruit que j'entends depuis tout à l'heure. "Le Thesmo" annonce le panneau qui surplombe le grand escalier. Derrière moi, les lampadaires s'éteignent un à un. Les battements de mon cœur s’accélèrent, mais je ne renonce pas. Je continue mon chemin et m'engouffre dans le souterrain.


Je parcours le long tunnel bordé de flambeaux. La source du bruit est de plus en plus proche. Au bout de la galerie, une lourde porte en bois me barre le chemin. Le rythme incessant fait vibrer le chambranle. Sur les battants, je reconnais plusieurs symboles, runes et autres lettres sacrées. L'image d'une femme domine le fronton. Non, pas une femme. Si son visage et son buste sont bien humains, son corps est celui d'un lion et deux grandes ailes se déploient dans son dos.


"Bienvenue au Thesmo !" m'annonce une voix derrière moi. Je me retourne et reconnais Hyouden qui affiche un sourire bienveillant. Je ne m'étonne pas de sa présence. J'ai déjà compris qu'ici tout peut arriver. "Le Thesmo ? lui demandé-je, incrédule.
- Le club le plus select du coin ! m'explique-t-elle. Bien qu'il soit ouvert à tous.
- Comment est-ce possible ? m'étonné-je.
- Sélection naturelle ! Beaucoup n'osent pas mettre les pieds ici..."


L'arrivée de deux individus interrompt notre conversation. Une petite fille me fait signe de dégager le passage. Elle tient la main à une créature si grande qu'elle doit se pencher pour évoluer dans le tunnel. Je ne vois pas son visage, caché sous un voile noir, mais sa main... Sa main ! Un frisson me parcourt l'échine. La gamine s'impatiente. "Ouste !" m'ordonne-t-elle. Je fais un pas de côté. La fillette pousse la porte. Un flot de musique parvient à mes oreilles. La créature referme le passage derrière elle. La porte se rouvre presque aussitôt. La petite fille passe la tête par l’entrebâillement, me tire la langue et disparaît en claquant la porte. Je suis seul avec Hyouden. Je dévisage cette dernière, stupéfait. "Je sais ce que tu te dis... commence-t-elle. Comment une fillette de cet âge peut être admise dans un club si select ?" Elle balaye mes objections d'un revers de main. "C'est la propriétaire !" continue-t-elle. Je hoche la tête, comme si ses mots avaient un sens.


"A ton tour !" m'invite mon amie. Elle sourit encore. Je n'en suis que moyennement rassuré. Hésitant, je m'avance, pousse la porte et pénètre dans le club. Hyouden applaudit. "En parfaite amour et en parfaite confiance !" me lance-t-elle avant de refermer le passage derrière moi.


Mes yeux s'habituent progressivement à la semi-obscurité. Ce son que j'entendais, c'était du dubstep ! Un sport de lumière m'aveugle quelques secondes. Quand je retrouve la vue, je manque de percuter un homme. Les verres des mojitos qu'il porte dans ses multiples bras tintent, mais il m'évite de justesse. Lucy Dreams est à ses côtés. Les multiples bras, ça a toujours été son truc... Les voyageurs temporels aussi, mais ils se font plus rares ces temps-ci.


Au centre de la salle, une piste de danse gigantesque a été aménagée. Les habitués de Thesmo s'y déchaînent. L'Osterfuchs est là, ondulant avec élégance, son chapeau haut de forme visé sur ses oreilles. C'est donc là qu'il se cache, après chaque Ostara. Cela semble logique.


Un petit groupe attire mon attention. Un attroupement s'est formé autour d'une des danseuses. Je reconnais Hédéra au premier coup d’œil. Elle glisse sur la musique et ne fait qu'un avec ceux qui osent la suivre. Je m'approche. Mon amie m’aperçoit et m'invite à la rejoindre sur la piste. Je jette un coup d’œil à l'homme installé aux platines. DJ Evohé me lance un clin d’œil. Je rougis et baisse les yeux. Je me fraye un chemin à travers la foule des danseurs et rejoins à Hédéra. Le DJ lance alors un titre remixé de the Doors, une version techno de "Light my fire". Ce n'est qu'à ce moment là que je me rends compte de la ressemblance de Mister Evohé avec Jim Morrison. Il doit y avoir un sens à tout cela, me dis-je. "Danse, danse, danse !" m'enjoint Hédéra. Je tente de la suivre de mon mieux... Jusqu'à ce qu'Elle fasse son entrée.


Avec beaucoup d'assurance, elle traverse la foule et s'avance vers nous. "C'est la propriétaire !" m'informe Hédéra. Une autre propriétaire ? m'étonné-je. Elles seraient donc deux ? Celle-ci, en tout cas, me semble plus légitime que la première. Déjà, il ne s'agit pas d'une enfant, mais d'une femme adulte, en pleine possession de ses moyens. Les regards se tournent sur son passage et étudient avec attention ses courbes, moulées par sa robe de soirée. Je suis fascinée par elle, moi aussi. Elle me sourit et je me sens immédiatement en confiance. A mon grand étonnement, elle s'arrête devant moi et me propose de danser. Perplexe, je prends sa main et me laisse entraîner.


Mes pas hésitants sont de plus en plus confiants. Je suis rapidement à l'aise. Plus je danse, plus j'ai envie de danser. Je me sens beau, plein en moi-même, sexy... Je tourne mon regard vers DJ Evohé et lui lance un clin d’œil à mon tour. Qu'est-ce qu'il ressemble à Jim, tout de même ! Il doit y avoir un sens à tout cela, mais je m'en moque. Je perds mon besoin d'intellectualiser, de mettre du sens. Les choses sont. "Parce que c'est cool !" me lance Hédéra.
- Parce que c'est cool !" répété-je, convaincu. La propriétaire rit aux éclats.


Ces danses endiablées m'ont assoiffé. Je fausse compagnie à ma cavalière et me fraye un chemin jusqu'au bar, au fond du club. Siduri y est installée, une bière à la main. Je la surprends en grande conversation avec la serveuse, une vieille femme à la peau ridée et aux cheveux blancs. Je la soupçonne de négocier des binouzes gratuites.


"Hey !" fait-elle quand elle m'aperçoit. Elle me commande immédiatement une bière (alsacienne, évidemment). "Laisse-moi te présenter ma nouvelle meilleure amie, dit Siduri en m'indiquant la vieille serveuse. La propriétaire !" Je dévisage la vieille, dubitatif. Elle me sourit de sa bouche édentée. Encore une propriétaire ? La fillette, la femme fatale et la vieille, sérieusement ?


La serveuse me tend un jeu de Tarot. "Ce n'est pas ce qui était commandé..." remarqué-je. La vieille hausse les épaules. "C'est pourtant ce que tu recevras..." me répond-elle.


A suivre... ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire