Archives du blog

lundi 11 mai 2015

Je suis un menteur !



Quelles sont les histoires que nous nous racontons ? Quels sont les principes que nous avons intégrés à nos vies de manière si solide que nous pensons qu'ils vont de soi ?


Un moine bouddhiste m'avait affirmé une fois phrase simple, en souriant : "Je suis un menteur". Je n'ai absolument pas compris ce qu'il me voulait. Plus récemment, Thorn assurait la même chose : "I'm a liar". J'ai hoché la tête, mais n'ai pas compris beaucoup plus. 


Assis avec moi-même, observant mes pensées défiler une à une, j'ai soudain compris. Et j'ai souri, moi aussi. Je suis un menteur.


Je suis végétarien, pour des raisons entre autres écologiques. Je limite mes déplacements en voiture, prends des douches plutôt que des bains et trie mes ordures. Comme beaucoup, j'ai vu ce reportage à la télé et sais très bien que mon smartphone a été fabriqué dans des conditions catastrophiques. M'enfin, un smartphone, c'est bien pratique et il faut vivre avec son temps !


Je suis un menteur. Parfois, j'y suis obligé, au moins par politesse. "Votre bébé est moche !", ça ne se dit pas. Pourtant, honnêtement, les mioches qui viennent tout juste de sortir de l'utérus de leurs mères, c'est tout rouge, tout fripé, tout hurlant... Pour le glamour, on reviendra.


Je suis un menteur. Je jongle entre différents masques, je porte des costumes, j'adopte des attitudes... J'ai longtemps vécu sans m'en apercevoir. De plus, j'ai l'intuition que nous sommes tous un peu menteur sur les bords, bien que je ne puisse parler que pour moi.


Alors que faire de ça ? Tout arrêter ? Jeter mon Samsung à la mer ? Me flageller pour mes mensonges ? Non, je suis un menteur, mais pas un pêcheur. Je ne crois pas à cette notion de faute inhérente à l'espèce humaine. Je suis un menteur, mais cela ne fait pas de moi quelqu'un de fondamentalement mauvais.


Je peux juste essayer, tenter de m'approcher de mes idéaux et m'efforcer de faire de ma vie un temple. Je ne suis pas sûr de pouvoir un jour me débarrasser de tous mes masques, mais ce n'est pas très grave. Je me contenterai de sourire et de déclarer, très honnêtement, "Je suis un menteur".

3 commentaires:

  1. Merci pour le sujet de réflexion... :)

    RépondreSupprimer
  2. Oh wow. Merci pour cet article.
    Je reviendrais le lire la prochaine fois que me prendra une crise de "Je ne suis qu'un imposteur, comme j'aimerais prendre un peu de merde dans les yeux d'un passant pour la mettre sur les miens et ne plus voir tout ça". Pas toujours simple d'avancer sur son propre chemin quand aucun sentier n'a été dégagé au préalable sur le sol. Pas toujours simple d'allier idéaux et pragmatisme.

    Merci encore pour cet article.

    RépondreSupprimer