Archives du blog

lundi 25 mai 2015

Théalogie Feri - La nature fluide du divin



4 seasons, par Dawn42


Quand j'ai commencé mon exploration de la tradition Feri, j'étais un peu perdu et en même temps séduit par tous les paradoxes que cette branche sorcière embrasse sans complexe. Le concept qui m'a posé le plus de questions et qui continue d'être un support de méditation important pour moi est celui de la fluidité de la nature divine. Pour Victor Anderson, "tous les Dieux sont des Dieux Feri." Le divin est fluide, changeant et en même temps absolu.



Mère Divine, en qui nous vivons, nous mouvons et avons notre être...



La Déesse des Etoiles est au centre de la théalogie Feri. Elle est à l'origine de l'Univers et des Dieux, comme raconté dans les nombreux mythes de création de la tradition. Elle est Une, entière. Si Elle a donné la vie à notre monde, Elle n'est pourtant pas extérieure à celui-ci. L'Univers est en Elle et Elle est l'Univers. Elle est la Matrice qui sous-tend notre réalité et contient dans son ventre tous les possibles.


De toi, toute chose émerge et vers toi toute chose retourne...


Il en est de même pour les Déesses et les Dieux. Car la nature divine est changeante, mutable, la Déesse des Etoiles se manifeste de plusieurs façons et selon plusieurs modèles. "Tous les Dieux sont des Dieux Feri."


Le modèle le plus connu est probablement celui de la trinité Jeune Fille / Mère / Vieille Femme. Comme la nature divine est fluide, la Jeune Fille peut s'incarner sous les traits de Perséphone, la jeune initiée qui devient Reine du monde souterrain, d'Artémis, la Déesse chasseresse libre et indépendante, de Nimuë... Ces trois aspects sont des parties de la Déesse des Etoiles, mais sont différent d'Elle.


Un autre modèle consisterait à se baser sur le cycle des saisons. Le Soleil naît, grandit, atteint le sommet de sa puissance, décroit, puis meurt. Là encore, plusieurs mythologies explorent ce modèle et les sabbats célèbrent cette mutation du divin et de la nature.


Dans le modèle Feri, sept divinités sont à l'honneur, dont la Déesse des Etoiles qui en est la figure centrale. J'ai déjà évoqué plusieurs fois Malek Taus et Nimuë, auxquels nous pouvons ajouter Mari, Krom, Anna et Arddu.  Ces six dieux sont des aspects de la Déesse des Etoiles, tout en étant différents d'Elle.


Storm Faerywolf résume cette idée avec l'image de la lemniscate que je lui emprunte :





Au centre de la lemniscate, nous retrouvons la Déesse des Etoiles, de qui toute chose émerge et vers qui toute chose retourne. Nous retrouvons les aspects Jeune Fille / Mère / Vieille Femme sous les traits de Nimuë, Mari et Anna. Malik Taus, Krom et Arddu peuvent renvoyer à une trinité masculine basée sur le même modèle, mais je discuterai plus tard de cette vision du masculin sacré. Sur ce schéma, nous constatons une symétrie entre plusieurs divinités et retrouvons ainsi l'image des Jumeaux Divins.


Cette nature fluide du divin implique donc que la Déesse peut se présenter à tous de manière différente, en fonction de son bagage, de son histoire et de sa culture, et que toutes les représentations, tous les modèles et toutes les religions se valent. Rien n'est vrai, tout est permis ! (ouais, Discordia s'invite dans tous mes articles !)


Paix, amour et licornes !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire