Archives du blog

lundi 16 mai 2016

Identité, généalogie et spiritualité

Sortez le champagne ! Faites péter les confettis ! Après plusieurs mois de recherches généalogiques, c'est à mon tour de l'affirmer : j'ai une grand-mère sorcière ! T'as les boules, hein ? Toi aussi, tu aimerais être aussi légitime que moi ! Oui... Ben, en fait, tu l'es... J'irai même jusqu'à affirmer que, si tu cherches bien, toi aussi, tu la trouveras, ta grand-mère sorcière.





C'est une marotte du web pagano-magique : l'ancêtre qui justifie tout. Le culte des ancêtres tient une place importante dans beaucoup de traditions spirituelles. Même dans les sociétés qui ne semblent pas avoir développé de système religieux, les anciens sont révérés. Comme je l'annonçais plus haut, j'ai réellement entrepris des recherches généalogiques, avec l'aide d'une experte dans le domaine, autant par intérêt historique que pour mettre des noms et, pourquoi pas, des visages sur les ancêtres que j'appelle à mon autel. L'objectif est très noble : m'inscrire dans une lignée. Renouer avec mes racines. M'identifier à quelqu'un, à quelque chose. La belle affaire. Voilà qui va soigner ma névrose (admettons-le, c'est la principale motivation de tous les généalogistes). J'ai désormais une liste plutôt longue de noms et de dates qui orne mon autel aux ancêtres, et elle ne fait que s'allonger.


Autant de noms, autant de vies et d'histoires. Certaines modestes, d'autres plus complexes. Tous ces gens, cette chaîne d'humains, interrompue,  pour en arriver à moi. La question de l'identité surgit comme un boomerang. Qu'est-ce que cela justifie ou, au contraire, compromet dans ma propre identité ? Qu'est-ce que cela fait de moi ?  En réalité, pas grand chose. Le vertige que m'offre cette liste me permet de relativiser ma place dans ce monde, me rappelle que le travail n'a pas commencé et ne terminera pas avec moi et me donne accès à des informations que je n'avais pas auparavant, mais ne dit rien de mon identité propre.


L'argument qui consiste à présenter un ancêtre, illustre ou non, comme une sorte de validation de nos choix de vies ou de nos pratiques me pique méchamment les yeux. Plus nous remontons loin dans nos généalogies, plus nous multiplions les histoires. Il y a fort à parier qu'à un moment ou à un autre, nous trouverons tous dans nos lignées une sorcière, un chaman, voire un nobliau. Autant éviter de longues heures de travail et prétendre collégialement que nous avons tout un tas de grand-mères sorcières, diseuses de bonne aventure et druides hyper-puissants-de-la-mort-qui-tue dans nos lignées.


Plusieurs problèmes se posent cependant. Tout d'abord, les informations que nous collectons sur nos ascendants ne seront jamais totales. Il ne s'agira jamais que d'histoires qui nous sont rapportées, après être passées par un certain nombre de filtres. Cette Oma sorcière qui surgit dans ma généalogie semble roxer du poney. Une vague idée des procès en sorcellerie de l'époque me permet toutefois de relativiser cette découverte. Il est fort probable qu'Oma ait été une "simple" sage-femme, accusée à tort, comme les autres victimes qui lui ont succédé. Les phantasmes que nous entretenons sur nos "ancêtres païens" ne feront jamais part du caractère sociétal des célébrations de l'époque. Étaient-ils tous de fidèles adorateurs du Dieu Schmurmlif ou se contentaient-ils de suivre le mouvement pour la cohésion du village ? Pire, avaient-ils un avantage matériel à entretenir leurs traditions plus que spirituel ?



Yeah... What about it ?


Ensuite, quels ancêtres choisir pour justifier... quoi ? Se focaliser sur quelques individus plutôt que sur les autres revient à nier une part de nos généalogies et, souvent dans la communauté néo-païenne, deux mille ans d'histoire chrétienne. Je ne peux pas, même avec une Oma sorcière (si tant est qu'elle le fûsse) me prétendre "sorcier de sang", comme je le vois un peu partout, sans renier tous mes aïeux protestants, catholiques, mormons et musulmans. Or, si vous êtes né en Europe à notre époque, il y a fort à parier que ces ancêtres monothéistes soient ceux auxquels vous avez le plus facilement accès, pour de simples raisons de proximité historique, et soient représentés plus largement dans votre arbre généalogique écrit. J'entends l'argument qui consiste à présenter nos aïeux pré-chrétiens comme supérieurs en nombre à ceux qui suivent, mais nous sommes une nouvelle fois confrontés aux limites d'accès à des informations totalement fiables et, personnellement, je me sens plus proche affectivement de ma grand-mère protestante et pratiquante que d'un obscur ancêtre dont on fantasme la spiritualité et sur lequel je ne peux même pas mettre de nom.


De plus, vous serez bien gentils les loulous, mais si vous me pondez une généalogie incroyable pour justifier tout et n'importe quoi, il serait intéressant de vérifier un minimum les probabilités de ce que vous me racontez. Je me souviens de ce curieux personnage se réclamant descendant d'une illustre famille apparaissant dans une saga islandaise, même famille qui se fait totalement exterminer sans laisser d'héritier à la fin de la dite saga. Crédibilité, bonjour ! Oui, il faut lire et tourner des pages, ça peut paraître fatiguant. Un minimum de recherche, cependant, n'a jamais tué personne.


Enfin, admettons. Tout est vrai. Vos ancêtres sont tellement nobles et magiques que ce n'est plus du sang qui coule dans vos veines, mais du jus de cassis. Cela ne justifie rien. Vous ne gagnez aucune crédibilité supplémentaire (vous risquez même d'en perdre si vous agitez le fanion familial à toutes les occasions). Vous n'obtenez pas de supplément d'âme. Vous n'avez absolument aucun droit de vous croire supérieur à qui que ce soit. Et, surtout, tout le boulot reste à faire. Vous êtes né. Génial. Achievement Unlocked. Maintenant, il serait peut-être temps de bosser. Aucun arbre généalogique, aussi prestigieux soit-il, ne pourra vous exempter d'accomplir le travail que vous avez à effectuer dans cette vie. Tout reste à faire et la noble naissance n'aide en rien. Pour justifier de connaissances ésotériques, il faut avoir des connaissances ésotériques. C'est aussi simple que ça. On pourrait croire que je joue ici les Captain Obvious, pourtant, aujourd'hui encore, je vois des réactions du type : "Je sais mieux que toi, parce que mon grand-père était mage de la dimension Alpha-Bêta-Prime". Ben non, en fait, tu ne sais rien (John Snow), à moins que toi-même tu n'aies été mage de ce bordel, et encore, si, dans ta tradition, mage est un titre que l'on reçoit après avoir signé un obscur parchemin et un chèque conséquent, il ne vaut pas un radis. Une seule chose pourrait te donner un peu de légitimité : FAIRE LE JOB ! (C'est ma grand-mère sorcière qui l'a dit...)


Comme d'habitude, je reste ouvert à la discussion dans les commentaires de cet article, sur ma page Facebook ou directement à breven@free.fr.

1 commentaire:

  1. Bonsoir!
    Ahaha! Oh my gods j'ai ri.
    Cela me rappelle une anecdote un peu ridicule. Énervée par toutes les pseudo-voyantes qui tentaient de me démarcher par téléphone, j'ai fini par en appeler une (ne pas chercher la logique). Pour voir, un peu ("Mais c'est qui ces gens??").
    Ayant moi-même quelques petites perceptions ""ésotériques"" sympathiques, j'ai envoyé au diable ma future facture téléphonique et je suis partie à l'assaut.
    S'en est suivit une discussion surréaliste avec une bonne femme pleine d'aplomb, bien décidée à me prédire ce qu'il en serait de ma vie sentimentale, ne semblant pas comprendre que je n'en avais absolument rien à f*****. Alors j'ai commencé à lui poser des questions sur elle, sur ses dons.
    Sa réponse?
    Magistrale, répétitive, ridicule à en pleurer: "Ma grand-mère avait ce don aussi, mademoiselle, et voilà, donc, je suis voyante."
    ...
    Ben merde. Ma grand-mère à moi, elle fait des confitures, mais sinon j'vois pas. Ma mère elle, elle fait plutôt des gâteaux. Ca veut dire quoi, que j'ai été adoptée?
    Soyons sérieux deux minutes.

    Mon avis (mais alors là tout à fait arbitraire, et susceptible de changer) est que notre attirance pour la spiritualité et tout ce qui s'en rapporte, y compris le paganisme, la magie... Est décidé à un autre niveau, qui n'a rien à voir. Pour peu que l'on adhère à la réincarnation, on peut penser qu'on ne choisit pas de se réincarner dans n'importe quelle famille, certes, mais que cette "famille de sang" est susceptible de changer d'une vie à une autre.

    Hm, voilà... J'espère ne pas avoir trop dépassé les bornes dans ce commentaire.

    A plus!
    Cael

    RépondreSupprimer